Rechercher

Ça va bien aller? Pas certain...

Mis à jour : avr. 21

Gens du domaine événementiel, retirez vos lunettes roses!

Si vous pensiez retrouver votre emploi rapidement et dans de bonnes conditions... je me vois dans l'obligation de vous dire que les licornes n'existent pas.

Comment se sortira le milieu événementiel de cette crise? Soyons logique dans notre approche.


Mes réflexions ne sont pas amusantes, ni positives, ni optimistes. J'ai le même discours depuis le début du confinement et on me regarde avec beaucoup de scepticisme. Et pourtant...

L'avenir en quelques points:

- Nous avons été dans les premiers à avoir été coupés. Nous serons dans les derniers à revenir sur le marché.


- Plus de la moitié des compagnies événementielles (organisateurs, services audiovisuels, décorateurs, artistes, etc…) ne passeront pas 2-3 mois sans revenus. Des fermetures et faillites sont déjà annoncées.

- Si on se fie aux courbes épidémiologiques des autres pays touchés (avant nous), la nôtre ne va pas baisser avant juin ou juillet. L’été est donc à l’eau pour les festivals, mariages et les événements corporatifs.


- La phrase que j’ai le plus entendue depuis le début de la crise est « dès que ce sera terminé, les gens voudront sortir et fêter ». Vraiment? Je vous promets davantage de soupers d’amis et de familles que de réunions de masse.


- L’autre phrase à la mode fut « Maintenant, on fera tout en vidéoconférence ». Non, ce ne sera pas la solution idéale! Malgré certains avantages pour de petits groupes, il faut avoir vécu une conférence avec un grand groupe pour comprendre que les limites sont vites atteintes. Les participants y voient trop peu d’interactions, y ont peu d’intérêt et ont une facilité à décrocher après quelques minutes seulement. Rien ne remplacera une réunion en personne.


- J’ai de forts doutes sur les possibilités de réussites des prochains salons (auto, bateaux, motos, mariés, habitation) et autres expositions grand public. Là aussi, rien ne remplace une rencontre en personne mais la population en générale aura peur de s’intégrer à un mouvement de foule.


- Cessons de croire que les événements corporatifs vont tous reprendre en septembre. Peu de compagnies font de l’argent présentement, voudront-elles tout de même tenir un congrès à l’automne?


- Nos façons de tenir des événements seront différentes. Sans aucun doute! Croyez-vous sincèrement que vos clients voudront encore tenir des réunions en style théâtre ou style école? Croyez-vous encore au buffet lors de lunch pendant un congrès?


Et finalement, si vous croyez à la ré-ouverture des salles de spectacles en mai, je doute de votre sens critique.

Bonne chance tout de même.

André Auger



Note sur l’auteur :

André Auger est le président de EVMO-ÉVÉNEMENTS MONDAINS. Depuis plus de 30 ans, il anime, organise et décore les plus beaux événements du Québec. Spécialiste reconnu en événementiel, il s’est distingué au sein et auprès de diverses entreprises et organisations de toutes tailles, soit en occupant des postes de haute direction ou à titre de consultant.

Il est à la fois gestionnaire, metteur en scène, animateur-Maître de cérémonie, décorateur, conférencier et comédien.

440 vues
®
  • Instagram
  • EVMO- Evenements Mondains